Safari photo au zoo de Vincennes

Ce samedi 2 avril 2016, une vingtaine de photographes du club se sont offert un safari photo en plein coeur de Paris ! Effectivement pour ce mois d’avril, nous avions mis au programme une sortie photo au Parc zoologique de Paris, couramment appelé zoo de Vincennes.

Après un rendez vous à Rouen pour notre traditionnel co-voiturage, la direction vers Vincennes fût prise ! Nous quittions alors la fraicheur matinale de notre Normandie pour la grisaille parisienne ! Car il faut l’avouer, il a fait froid ! Une visite du zoo à 5 ou 6 degrés c’est pas ce qu’il y a de plus agréable ! Mais c’est les conditions naturelles d’un safari photo non !?
Créé en 1934 par le Muséum national d’Histoire naturelle, le Parc Zoologique de Paris a aujourd’hui 82 ans. La dégradation de ses structures, liée à son âge, menaçait sa survie. À l’exception de la restauration du Grand Rocher, à la fin des années 1990, il n’avait fait l’objet d’aucune rénovation importante. La décision fut prise de maintenir ce lieu de patrimoine cher à tous les publics. Le zoo a fermé ses portes le 30 novembre 2008, tous les animaux, à l’exception du groupe des girafes et des grands hapalémurs, ont été accueillis dans différents parcs animaliers, en France et dans le monde. Aujourd’hui, c’est un zoo métamorphosé qui ouvre au public.

Seul zoo au monde ainsi entièrement reconstruit, le parc zoologique de Paris propose 5 grandes zones géographiques ou biozones et 16 milieux naturels. Un nouveau concept, un parcours de visite entièrement revu, des structures au meilleur niveau pour accueillir un millier d’animaux dans des conditions optimales de bien-être : le zoo a tous les atouts pour séduire un très large public international. Si l’emblématique Grand Rocher se dresse toujours au-dessus du parc, il domine désormais des paysages reconstituant les biotopes d’origine des animaux, favorisant une immersion totale des visiteurs. Conçu comme un voyage au cœur de la biodiversité, le parcours spectaculaire traverse cinq régions du monde. Les visiteurs ont la possibilité d’observer les animaux dans leur milieu naturel “reconstitué”, dans le cadre d’une belle promenade dans des paysages étonnants. Le parcours de plus de 4 km, constitué de chemins sinueux, permet ainsi de s’immerger dans cinq biotopes différents , autant de décors naturels évoquant la pampa patagonienne, la steppe sahélo-saoudienne, les marais et rivières d’Europe ou, comme à l’intérieur de la grande serre, les forêts de Guyane et de Madagascar.

Les girafes partagent de manière pacifique leur enclos avec des grands koudous, des autruches, des marabouts et des grues couronnées. Si avec les félins,  le lion Néro et le jaguar noir Aramis, elles restent les vedettes du parc, le zoo permet également d’admirer des espèces moins connues comme les gloutons, les tapirs, les tamanoirs, et des espèces menacées comme la loutre d’Europe, les manchots de Humboldt, les rhinocéros blancs, les lémuriens…

Le parc zoologique offre cent quatre-vingts espèces dans des conditions de confort. La sélection des espèces des différentes biozones a été faite selon leur intérêt attractif, pédagogique, scientifique et selon les critères de conservation de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Pour la petite histoire, c’est lors de l’exposition coloniale de 1931, qu’un zoo temporaire est créé au Bois de Vincennes afin de faire découvrir des animaux exotiques. Devant l’énorme succès populaire, le Muséum national d’Histoire naturelle et la Ville de Paris s’associent pour réaliser l’actuel Parc zoologique de Paris, plus connu sous le nom de Zoo de Vincennes. Le projet, mené par le Muséum national d’Histoire naturelle, est confié à l’architecte Charles Letrosne. Il s’inspire directement du zoo de Hambourg, réalisé par Carl Hagenbeck en 1907. Ce modèle architectural fait école à l’époque dans toute l’Europe et aux États-Unis.

Le rocher artificiel est l’élément de composition principal de ce nouveau type de jardin zoologique. Il permet de camoufler les loges intérieures et les locaux techniques, créant ainsi un décor moins artificiel. Les barreaux des cages sont remplacés par des fossés permettant de présenter les animaux en liberté apparente, dans un environnement cherchant à rappeler le milieu naturel.Très vite le zoo connaît un grand succès auprès du public parisien qui peut y admirer des animaux exotiques, notamment de grands mammifères (éléphants, girafes, rhinocéros…) dans un cadre “naturel”. De nombreuses espèces menacées d’extinction, ainsi que des espèces rares en captivité, lui sont présentées : okapi (Okapia johnstoni), kouprey (Bos sauveli), éléphant de mer (Mirounga sp.), panda géant (Ailuropoda melanoleuca)… Dans la maison des lémuriens, les visiteurs rencontrent des lémuriens nocturnes, dont certaines espèces, tel le Grand Hapalémur (Prolemur simus), sont en grand danger.

Dès le début des années 80, les installations montrent des signes d’usure et le besoin de travaux se fait sentir. En 1994, la rénovation du Grand Rocher est entreprise. Puis, de 2002 à 2004, le Muséum national d’Histoire naturelle prend des mesures dites “conservatoires”, pour des raisons de sécurité. Des installations sont fermées, des animaux transférés dans d’autres établissements. En 2005, le Parc entre dans une phase de travaux.

En novembre 2008, le parc est entièrement fermé au public lors d’un week-end festif marquant la fin d’une époque. La foule se presse pour voir une dernière fois ce zoo qu’ont connu trois générations. L’évacuation des animaux est une opération délicate, il s’agit de trouver les bons sites d’accueil et d’assurer l’acheminement des animaux dans les meilleures conditions.
Le nouveau Parc Zoologique de Paris ouvre au public le 12 avril 2014 après 27 mois de travaux et presque 6 ans de fermeture.

Une visite agréable ou nous avons pris énormément de plaisir à photographier ces animaux. Nous vous conseillons vivement de visiter ce parc en famille.

Horaires, tarifs et réservation : parczoologiquedeparis.fr 
Maintenant place aux clichés !..

3 Commentaires dans “Safari photo au zoo de Vincennes”

Laisser un commentaire