Portrait, Élisa Dolléans

Trollball lors du festival Cidre & Dragon, Dives-sur-Mer (14)

Bonjour à tous ! Je suis Élisa Dolléans, j’ai 28 ans (très bientôt 29). Passionnée par les arts et le patrimoine, je suis avide de voyages et de découvertes en tous genres.

Je suis rouennaise d’adoption depuis près de deux ans. Je suis arrivée ici après avoir achevé mes études d’histoire de l’art à Rennes pour rejoindre mon ami. J’avais alors, il faut l’avouer, beaucoup d’aprioris négatifs sur la région Haute-Normandie, et sur la ville de Rouen en particulier. Aprioris que j’ai largement dépassés depuis, en apprenant à découvrir et apprécier les bons côtés de Rouen.

00 - Autoportait

Quels sont tes principaux traits de caractère ?

Très curieuse, je suis toujours prête à découvrir de nouvelles choses, d’approfondir mes connaissances dans les domaines qui me passionnent. Et cela me semble essentiel, que ce soit pour le patrimoine ou, bien évidemment, pour la photographie.

Quels sont tes rêves de bonheur ?

Trouver un job qui corresponde à ma formation, me faire une place dans le domaine de la conservation du patrimoine, et pouvoir parcourir le monde en continuant à me faire plaisir tout en progressant en photographie.

Pourquoi fais-tu de la photo, depuis quand ?

Comme pour beaucoup, la photographie est pour moi un moyen d’immortaliser des moments, des émotions fugaces et parfois aussi, un moyen d’exprimer certaines choses. Je me fais plaisir avant tout mais c’est aussi, lorsque j’ai la chance de pouvoir voyager (pas forcément à l’autre bout du globe, on peut aussi « voyager» à quelques kilomètres de chez soi), rapporter des images de ce que j’ai découvert afin de pouvoir les partager. J’ai d’ailleurs lancé un blog l’année dernière (Elisapictures – que j’ai un peu de mal à mettre régulièrement à jour, je le reconnais. Mais en 2013, je m’y tiens !), que je veux être un véritable complément de mon site : c’est l’occasion pour moi de faire découvrir un peu plus ce que j’expose dans mes galeries. Même si parfois, les informations sont assez succinctes, ce n’est qu’un premier pas pour donner envie aux gens d’en savoir plus et, pourquoi pas, allez sur place quand cela leur est possible (et j’essaye de mettre en avant des lieux parfois méconnus mais tout à fait accessibles à tous, à l’image de la léproserie Saint Thomas, à Aizier, au cœur de la forêt de Brotonne).

J’ai eu mes premiers jetables en main vers l’âge de dix ans, j’ai un peu touché à l’argentique (y compris au développement) mais ce n’est qu’à partir de 2004 et l’acquisition de mon premier appareil numérique (un bridge Konica Minolta Dimage Z1 puis un bridge Fuji Finepix S6500 fd qui avait l’avantage de proposer un objectif au zoom entièrement débrayable en manuel) que je considère avoir réellement commencé à pouvoir apprendre et progresser.

Quels sont tes sujets de prédilection en photographie ?

Avant tout, l’architecture, le patrimoine, les paysages naturels et l’animalier. Mais je ne me donne pas d’autres limites que celles de mon inspiration et je ne refuse pas de sortir de mes habitudes. Par exemple, même si je suis bien moins douée en portrait, c’est un domaine qui m’intéresse et où je ne peux que progresser. Il m’est aussi arrivé de faire des photos de concerts, mais c’est un exercice difficile que je pratique de moins en moins faute d’occasions. Étant passionnée par le patrimoine (pas seulement les « vieilles pierres », mais aussi par le patrimoine industriel), je lorgne également vers l’Urbex. Mais si j’admire énormément les pratiquants de ce genre, je n’ai pas encore travaillé sérieusement pour franchir moi-même le pas.

Ah ! Et j’allais oublier une autre facette de mon travail : après avoir accompagné mon ami sur quelques dates en tant que simple spectatrice, j’ai rejoins une association de reconstitution médiévale (Normands du XIe siècle) depuis un an et je fais de nombreuses photos sur nos sorties ainsi que sur les quelques GN (jeu de rôle grandeur nature) auxquels je participe.

Avec quel genre de matériel travailles-tu ?

Depuis décembre 2011, je shoote avec un Canon 600D. Je me contente pour le moment de trois objectifs Canon de base : 18-55 EF-S (qui me sert surtout pour le grand angle), d’un EF 28-80 et d’un EF 75-300.

Comme je ne shoote qu’en Raw (fichier brut qui doit être développé, équivalent de la pellicule argentique), je suis adepte de Lightroom pour le traitement/développement de mes images.

Quels sont pour toi tes meilleurs clichés ?

Je ne sais pas si ce sont techniquement mes meilleurs clichés, ils sont sans aucun doute perfectibles sur bien des points, mais ils s’approchent de ce que je souhaite saisir grâce à la photographie :

Florence après l’orage. Le dôme de la cathédrale florentine et son campanile vu depuis le belvédère du jardin Boboli. Le ciel était alors particulièrement intéressant et donnait un aspect quasi-dramatique à cette ville alors animée par les touristes venus en nombre du monde entier.

Florence après l’orage. Le dôme de la cathédrale florentine et son campanile vu depuis le belvédère du jardin Boboli. Le ciel était à ce moment-là particulièrement intéressant et donnait un aspect quasi-dramatique à cette ville alors animée par les touristes venus en nombre du monde entier (juillet 2010).

Un peu d’observation, beaucoup de chance et un goéland saisi en plein vol sur la plage d’Étretat, une étoile de mer dans le bec.

Un peu d’observation, beaucoup de chance et un goéland saisi en plein vol sur la plage d’Étretat, une étoile de mer dans le bec (avril 2012).

Essayer de rendre l’impression de majesté de l’architecture n’est pas chose évidente. Mais avec cette photo de la nef de la collégiale Saint-Wulfran, à Abbeville (Somme, 80)

Essayer de rendre l’impression de majesté de l’architecture religieuse n’est pas chose évidente. Mais je pense m’en être approchée avec cette photo de la nef de la collégiale Saint-Wulfran, à Abbeville (Somme, 80) (mai 2012)

Ce que j’aime dans les photos de concerts, ce sont les noir et blanc très contrastés. Alors que je vivais à Rennes, j’ai eu l’occasion d’immortaliser à plusieurs reprises les performances des Modules Étranges (Nantes). Prendre des photos de concerts en étant loin de la scène ne m’intéresse plus. Mais à ces occasions, je pouvais être réellement proche du groupe, et les résultats pouvaient être bien plus intéressants.

Ce que j’aime dans les photos de concerts, ce sont les noir et blanc très contrastés. Alors que je vivais à Rennes, j’ai eu l’occasion d’immortaliser à plusieurs reprises les performances des Modules Étranges (Nantes). Prendre des photos de concerts en étant loin de la scène ne m’intéresse plus. Mais à ces occasions, je pouvais être réellement proche du groupe, et les résultats pouvaient être bien plus intéressants (septembre 2010).

Je ne voulais pas finir cette petite présentation sans une photo de Rouen. Et celle-ci, avec la cathédrale dominant la ville et même les collines à l’arrière-plan, tient une place particulière.

Je ne voulais pas finir cette petite présentation sans une photo de Rouen. Et celle-ci, avec la cathédrale dominant la ville et même les collines à l’arrière-plan, tient une place particulière (février 2011).

Quel est ton but dans ce projet Rouen 52 ?

Alors que je viens d’achever mon projet 366 (réalisé du 1er janvier au 31 décembre 2012), j’ai trouvé intéressant de pouvoir participer à ce projet d’une ampleur moindre et j’adhère complètement à l’idée d’avoir une thématique hebdomadaire. Un petit défi à relever, quand bien même le thème ne m’inspirerait pas forcément, et une chance de continuer à découvrir la ville autrement.

La vie est art, extrait de mon projet 366 (300e jour)

La vie est art, extrait de mon projet 366 (300e jour)

Ton Portrait rouennais

Un quartier de Rouen où tu désirerais vivre ?

  • Je pense pouvoir répondre sans trop hésiter : le quartier des Antiquaires. Au cœur de la vieille ville. Un quartier que j’apprécie énormément à la fois pour son ambiance, son calme (du fait qu’il soit piéton) et les maisons qui s’y trouvent.

Ce que tu détestes par-dessus tout à Rouen ?

  • La saleté de la ville et le manque de mise en valeur du patrimoine en général. Il y a un pourtant un sacré potentiel mais, mis à part quelques grands édifices, le « petit patrimoine » semble être le grand oublié et il faut vraiment aller à sa rencontre pour le trouver.

Ce que tu adores par-dessus tout à Rouen ?

  • Par météo clémente, prendre le temps de flâner au hasard des rues, le nez en l’air et/ou l’appareil photo en main, et découvrir/saisir des choses que je n’avais encore jamais remarquées avant.

Une personnalité rouennaise que tu admires ?

  • Le peintre Théodore Géricault.

Si tu étais une rue de Rouen ?

  • Pas exactement une rue, mais un lieu que j’affectionne particulièrement : le port de Rouen entre le bassin Saint-Gervais et le terminal céréalier.

Si tu étais un monument de Rouen ?

  • L’aître Saint-Maclou ! Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce lieu insolite – et particulièrement photogénique – à deux pas du quartier des Antiquaires et qui abrite l’école des beaux-arts.

Si tu étais une boutique à Rouen ?

  • Le Chien à Trois Têtes, rue Damiette, et son ambiance « cabinet de curiosité ».

Si tu étais une heure de la journée à Rouen ?

  • Entre 7 et 8h le matin, quand la ville s’éveille et aussi parce que c’est l’une des plus belle lumière (quand il y a du soleil :) ).

Si tu étais une saison à Rouen ?

  • L’automne, surtout quand on a de belles couleurs comme en 2012 (et que les températures sont encore clémentes, pour pouvoir profiter de la ville).

Si tu étais un site Internet ?

  • Le mien ;)

Si tu étais un média à Rouen ?

  • Le Blog de Rouen car ce sont les rouennais eux-mêmes qui le font vivre et qu’on y découvre de très belles choses.

Pour te suivre où te contacter :

Sur Facebook : Elísa Daníeladóttir

Mais aussi sur Twitter : @elisapics

et mon site Web : Elisa’s Pictures

Et pour finir quelques clichés que tu apprécie :

L’abbaye Saint-Georges de Boscherville, à Saint-Martin de Boscherville  (76)

L’abbaye Saint-Georges de Boscherville, à Saint-Martin de Boscherville (76) (août 2011)

Panorama nocturne de Rouen depuis la côte Sainte-Catherine (76)

Panorama nocturne de Rouen depuis la côte Sainte-Catherine (76) (août 2012)

Le Fort National, ouvrage de Vauban qui fait face aux remparts de Saint-Malo (35)

Le Fort National, ouvrage de Vauban qui fait face aux remparts de Saint-Malo (35) (octobre 2010)

Les lignes Saxonnes, Hastings 2012 (Angleterre)

Les lignes Saxonnes, Hastings (Angleterre) (octobre 2012)

Trollball lors du festival Cidre & Dragon, Dives-sur-Mer (14)

Trollball lors du festival Cidre & Dragon, Dives-sur-Mer (14) (septembre 2102)

 

7 Commentaires

  • Wavatar
    Répondre janvier 25, 2013

    Rendar

    Encore une très chouette interview, j’aime particulièrement la photo du plafond de la collégiale, ma-gni-fique !

    • Wavatar
      Répondre janvier 25, 2013

      @ElisaDo

      Merci ! :-D Et oui, elle fait vraiment partie de mes préférées. Et pourtant, j’en ai des photos d’architecture, mais je trouve que celle-ci dégage quelque chose de vraiment particulier :)

  • Wavatar
    Répondre janvier 24, 2013

    Tyou

    Belle présentation

  • Wavatar
    Répondre janvier 24, 2013

    @SnaparazziD

    Belle présentation ;-)

    J’aime aussi les reconstitutions comme celles de Hastings.
    Tu dois certainement connaître celle de Verneuil sur Avre qui se déroule au mois de juin ?

    • Wavatar
      Répondre janvier 25, 2013

      @ElisaDo

      Merci :)

      Et non, même pas. Enfin, je sais qu’elle existe, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller. Il faudrait que je note la date sur mon agenda pour cette année. Je ferais d’une pierre deux coups en découvrant également une petite ville qui a l’air fort jolie :)

Poster un commentaire